12
Nov 17

Quatre générations pour un même tremplin – les résultats de notre enquête

Pour la première fois dans l’histoire entrepreneuriale, quatre générations travaillent désormais ensemble, à savoir les baby-boomers (nés avant 1965), les X (nés entre 1966 et 1979), les Y (entre 1980 et 1995) et les Z (après 1995).

De cette étude se dégage d’abord un consensus entre ces quatre générations en matière de bien-être – notion désormais essentielle dans le monde professionnel – avec des revendications qui fédèrent, telles que l’ambiance au travail qui réunit 79% des sondés, la flexibilité du temps de travail (68%) ou encore l’écoute ou l’implantation de nouvelles idées (41%).

Elle souligne également la nécessité d’une meilleure communication avec le management. Dans ce contexte, ce sont les Y, managers de demain, réactifs et ouverts à l’adaptation, qui ont un rôle essentiel à jouer ! Les Y ont à faire comprendre aux X la nécessité d’évoluer pour permettre aux Z de s’impliquer.

Dès lors, comment former les managers de demain pour qu’ils puissent fédérer des hommes et des femmes qui ne sont pas là pour les mêmes raisons, car à ces quatre générations correspondent quatre contrats psychologiques différents ?

Pour manager des générations diversifiées, il faut donc un management diversifié !

C’est-à-dire une strate managériale qui ait la compréhension et la connaissance fine à la fois des individus mais également des attributs générationnels. Accéder à cette lecture demande des outils performants, respectueux, éclairants afin de leur donner les clés pour intégrer les nouveaux talents, reconnaître et activer ceux déjà implantés, ouvrir les champs de compréhension intergénérationnel.

Au vu de cette enquête, la collaboration intergénérationnelle en entreprise peut donc être un tremplin à la condition sine qua non de donner aux managers des outils performants et des formations éclairantes leur permettant de comprendre à la fois les individus et leurs attributs générationnels. Ces outils et ces formations devront être construits afin de répondre aux attentes en termes de sens, de transparence (les règles du jeu du management), d’évaluation (continue, positive et croisée), de reconnaissance (dont les talents intrinsèques de chacun) et de confiance.

Notre époque, comme l’avait énoncé le philosophe Michel Foucault, vit une rupture de paradigme et exige donc des réponses inédites et créatives.  Les diplômes et les compétences, soumis à une obsolescence galopante, ne suffisent plus.

Si l’enjeu de l’entreprise reste immuable : celui d’assurer sa prospérité et celle de ses collaborateurs, aujourd’hui, il lui faut se réinventer de manière pérenne, viable et humaine en croisant les savoirs, les regards, les forces de chacun des hommes et des femmes qui la composent pour le bonheur de tous.

Enquête 2017 – présentation

Partager sur les réseaux sociauxShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn